LA CLÉ DES LANGUES – Spectacle multilingue avec dispositif d’expression

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Préambule :

Les arTpenteurs a créé en 2016 « La clé des langues », une action culturelle de partage de toutes nos langues s’appuyant sur un spectacle multilingue à dimension participative.
Cet outil a été pensé et réalisé par l’association à partir de son expérience de territoires et des projets autour des langues, avec le soutien de la DRAC, de la DRDJSCS et de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Cette action culturelle propose une démarche partenariale, un dispositif d’expression artistique multilingue, un spectacle multilingue à dimension participative, et la mise en forme de traces propres à chaque action. Elle permet la prise en compte de la diversité culturelle présente sur les territoires ce qui constitue aujourd’hui un enjeu culturel essentiel pour la cohésion sociale, particulièrement dans les Quartiers Politique de la Ville.

Description :

Sur le territoire où elle est programmée, l’action culturelle « La clé des langues » est menée et pilotée en partenariat avec des structures de proximité et mobilise la participation active d’habitants dans un processus d’ateliers artistiques préparant un spectacle multilingue organisé sur le territoire. L’action invite les publics prioritaires à prendre place dans la vie culturelle en mettant en jeu des compétences qu’elles détiennent : les langues qu’elles parlent. Elles prennent la parole en public au cours d’un spectacle pour dire des textes qu’elles ont choisi et préparé, tous les textes sont dits dans leurs langues d’origine et en français.
Il s’agit donc d’activer une participation citoyenne, de vivre un moment d’échange interculturel, de nouer ou renouer un lien social en faisant acte d’hospitalité réciproque : accueillir et accompagner l’autre dans un moment culturel partagé, avec la langue française, d’une part, et, d’autre part, inciter chaque participant à nous accueillir dans sa propre langue, à nous faire découvrir sa culture.

Démarche partenariale :

Chaque action est pensée et co-construite avec les partenaires locaux en vue de prendre en compte les particularités de chaque territoire et définir des objectifs spécifiques, de s’approprier l’outil « Clé des langues », d’établir le calendrier de déroulement, programmer ateliers et temps forts publics, et de mobiliser parmi les habitants les publics prioritaires, avec une grande diversité de langues et particulièrement ceux qui se tiennent éloignés de l’offre culturelle.
Chacune des actions est pilotée par au moins trois structures de natures différentes qui allient ainsi leurs métiers respectifs pour mieux aller vers les publics recherchés.
Le pilotage est donc effectué par une structure d’éducation populaire (Centre social, MJC…), une structure culturelle (médiathèque, centre culturel, théâtre…) et Les arTpenteurs (structure artistique). D’autres structures sont souvent associées (associations communautaires, structures de formation ou d’accueil…). Les structures locales mobilisent le soutien des collectivités qui s’impliquent aussi dans les actions par le biais de leurs services.
Pendant son déroulement des réunions de suivi permettent d’ajuster si besoin le projet. L’évaluation finale est faite ensemble.

Présentation du spectacle multilingue à dimension participative :

Le spectacle, mis en scène par Mireille Antoine et Patrice Vandamme, se compose de plusieurs parties qui s’imbriquent :

A- Une partie « fixe »
créée à partir du texte sur les langues écrit par Jean-Yves Loude. Sa réalisation est pluri-artistique : théâtre / musique / vidéo et interprétée par les artistes de la compagnie.
Le texte :
Le spectacle multilingue est conçu autour du texte « La clé des langues » écrit à la demande des arTpenteurs par l’écrivain et ethnologue Jean-Yves Loude. Avec ce texte, publié en 2016 aux éditions Tertium, il revient sur son cheminement d’écrivain-voyageur qui l’a conduit à sortir de ses références culturelles pour aller apprendre le monde à travers la forêt des langues. Parcours qu’il a tracé de l’Himalaya à Brasilia en suivant de longs méandres en Afrique, arabophone, lusophone, francophone et au cours duquel il a ressenti la nécessité d’apprendre des langues, de collectionner des mots pour mieux comprendre les peuples
qu’il approchait et se faire accepter d’eux.
Le récit de Jean-Yves Loude constitue le fil rouge du spectacle, son texte est dit à deux voix par les comédiens. « Les langues sont des clés, elles aident à marcher vers l’humain. » JY Loude.
La vidéo, l’univers musical et sonore :
Chantal Capelli et Jean-Pierre Maillet ont créé une vidéo qui vient soutenir l’écoute du texte, donner une dimension visuelle et poétique aux voyages de Jean-Yves Loude en faisant apparaitre parfois des graphies, des cartographies, des paysages, des objets étonnants. Diffusée sur un écran rond de très grand format la vidéo constitue le décor principal du spectacle.
Le musicien et compositeur Jean Millot s’est appuyé sur le fonds d’enregistrements réalisés par Jean-Yves Loude lors de ses voyages pour réaliser un univers sonore permettant d’entendre des langues parlées ou chantées et des musiques du monde.

B- Cinq scènes ouvertes participatives
s’intercalent dans cette partie fixe. Elles sont conçues dans les ateliers avec les participants qui interprètent les textes qu’ils ont choisis (poèmes, chants, contes, recettes de cuisine, textes personnels…) en français et dans les langues d’origine. Les textes se renouvellent donc lors de chaque action. Douze à vingt langues peuvent y être exprimées. Au moins vingt personnes y participent après avoir participé aux ateliers préparatoires. Elles sont accueillies et accompagnées en scène par les comédiens qui ont mené les ateliers préparatoires.

La programmation du spectacle :

La restitution publique générée par l’action doit s’inscrire toujours dans un temps fort culturel du territoire pour favoriser son rayonnement.
Cette programmation peut aussi s’inscrire localement dans le cadre d’un événement plus large : printemps des poètes, semaine de la langue française, semaine du développement durable, journées européennes du patrimoine, biennale TRACES…
La forme du spectacle lui permet d’être présenté sur toutes scènes, idéalement le spectacle sera programmé dans un lieu dit culturel ce qui permettra sans doute à beaucoup de participants de le découvrir. Symboliquement il n’est pas anodin que la culture portée par les participants soit partagée dans un tel lieu.

Description du dispositif d’expression :

L’action a pour vocation de mobiliser les ressources multilingues locales de chaque territoire traversé, de susciter la curiosité, créer du lien entre les gens à partir de leurs savoirs, de leurs cultures et de leur plaisir.
Il s’agit pour chacun d’oser faire découvrir sa langue dans la rencontre avec l’autre, d’oser surprendre, d’oser se surprendre en donnant une nouvelle dimension à un savoir et une culture parfois peu utilisés ici. Il s’agit aussi d’oser s’exprimer dans une langue en cours d’acquisition : le français.
Cette expérience se déroule d’abord au sein des ateliers collectifs avant la participation au spectacle.

Les choix de textes :

Chaque participant choisit d’abord un texte qu’il a envie d’interpréter.
L’atelier favorise l’accès et la mise en commun d’œuvres littéraires du monde entier : un fonds de livres multilingues (surtout de la poésie) est présenté dans les ateliers par Les arTpenteurs et la médiathèque locale, ce qui permet aux participants de (re)prendre contact avec des œuvres d’auteurs de leurs pays d’origine, de découvrir la traduction en français, de réactiver leur mémoire et leur recherche personnelle.
L’intervenant comédien les conseille dans leur choix.
Chacun choisit un texte qu’il a plaisir à dire, envie de travailler. Chacun des textes nous ouvre sur une culture, un imaginaire ou un rapport au pays. L’expérience montre que le choix du texte n’est jamais anodin et que bien souvent chacun des participants trouve dans la rencontre d’un poème d’auteur les mots pour se dire, pour dire des choses qui lui tiennent à cœur.
Parce qu’elle permet bien souvent d’exprimer le rapport au monde et à l’existence, la poésie se révèle un support parfaitement adapté pour faire entendre les langues. Mais les participants peuvent aussi choisir d’autres types de textes ou écrire un texte personnel.
Pour les personnes qui ne lisent pas, le répertoire oral (chants, contes, recettes de cuisine, textes personnels…) est exploité. En option il est possible d’organiser des ateliers d’écriture multilingue permettant de mettre en forme des textes personnels : récits ou poèmes, témoignages de parcours de vie, de migration…

La mise en voix :

La phase de mise en voix permet à chaque participant d’affiner le choix de son texte, de mieux comprendre le sens de celui-ci, de se frotter à un moyen d’expression sous la conduite d’un comédien : la lecture à voix haute.
Cet art de la parole lui permet de progresser dans la maîtrise de la langue parlée, en français et dans sa langue maternelle, ce qui lui permet d’oser faire entendre les langues qu’il parle, puis de travailler son interprétation à plusieurs voix en faisant aussi entendre la traduction.
Progressivement les participants prennent confiance en eux et prennent plaisir à s’exprimer avec et devant les autres en habitant le texte.
Ils prennent de l’aisance en se formant à la lecture à voix haute qui met en jeu tous les points d’appui et ressorts de la communication orale : jeu avec sa présence physique, son regard, sa voix, sa diction, adresse à autrui.
Des mises en situation permettent de se préparer à intervenir dans le spectacle.
Le jour du spectacle une répétition générale dans l’espace scénique permet de prendre les derniers repères.

Objectifs :

Soutenir l’expression des personnes dans la pratique de la langue française, encourager le plurilinguisme et la transmission de toutes les langues. Favoriser les ponts entre les langues d’origine et le français.
Rendre visibles et valoriser dans l’espace public des territoires les richesses culturelles liées aux langues parlées par des habitants.
Créer des rencontres interculturelles favorisant l’implication des personnes habitant les territoires, l’expression de la diversité linguistique.
Favoriser l’intégration sociale des publics en relégation sociale. Renforcer la participation active des habitants des territoires dans la vie culturelle locale, et la mixité sociale dans les pratiques culturelles.
Favoriser le mieux-vivre ensemble par une approche positive de l’altérité dépassant peurs et préjugés.

Conditions techniques :

Durée du spectacle : 1h30
Tout public à partir de 12 ans
Espace scénique minimum : 10m x 7m (adaptation possible)
Jauge maximale : Entre 100 et 300 selon la salle
Spectacle techniquement autonome (vidéo, lumières et son)

Équipe artistique :

Patrice Vandamme : Pilotage de l’action, coordination, direction artistique , mise en scène, interprétation comédien, animation des ateliers de mise en voix multilingue
Mieille Antoine : Mise en scène, interprétation comédienne
Jean-Yves Loude : Écrivain, ethnologue : écriture du texte
Chantal Capelli : Création vidéo
Jean-Pierre Maillet : Création vidéo
Ludivic Micoud-Terraud : Création et régie lumière, constructions scéniques
Magalie Bertin : Communication, diffusion, relation presse
Georges Sothier : Administration

Le spectacle a déjà été présenté :

9 novembre 2016 à Ciné Duchère, Lyon 9e
16 novembre 2016 à l’ Espace Albert Camus, Bron
18 novembre 2016 à la salle Georges Calvet du centre social Peyri, Vaulx-en-Velin
15 décembre 2017 à la MJC Duchère, Lyon 9e
24 janvier 2018 à Pôle en scènes /  Espace Albert Camus, Bron
23 mars 2018 au théâtre des Asphodèles, Lyon 3e
31 mars 2018 à l’espace Jean Poperen, Meyzieu
5 mai 2018 au théâtre de la Grenette, Belleville

 

Télécharger le dossier complet « La clé des langues »

Publicités