LA DER DES DER !

Télécharger le dossier du spectacle

La-der-des-der-Les-arTpenteurs« Août 1914, j’ai dix-neuf ans. La guerre est déclarée. Elle va durer trois mois : de joyeux combats de tirailleurs, dans des prés où le sang tombera en rosée sur les fleurs. Une promenade militaire… »

Loin de tout patriotisme partisan, croisant des témoignages d’écrivains combattants allemands et français, le spectacle “La Der des Der !” évoque le cheminement de l’homme dans la guerre.
Sont évoqués l’enthousiasme du début, la découverte de la réalité des lieux de bataille, le quotidien dans les tranchées, le voisinage avec la mort, les tentatives de fraternisation avec «l’homme d’en face», le rapport lointain avec le haut commandement, les révoltes et leur répression, le contraste avec la vie à l’arrière du front.
On découvre l’évolution du regard de l’homme au fil de l’enlisement du conflit, comment l’individu se retrouve pris dans une tourmente dont les enjeux le dépassent largement.
Cent ans après, le spectacle ré-interroge le bilan de la «Grande Guerre», ce conflit d’un genre nouveau – mondial, industriel – qui marque la fin d’une époque et le début du XXe siècle. Le traité de paix redes- sine la carte du monde et le plonge dans une ère nouvelle, dont nous portons l’héritage. C’est la fin de «l’Europe triomphante», maintenant appauvrie et endettée : un changement majeur dans l’équilibre de la planète.

La-Der-des-Der-arTpenteurs« Au front, je n’ai fait qu’obéir !
J’ai marché de jour et de nuit, sans savoir où j’allais. J’ai fait l’exer- cice, passé des revues, creusé des tranchées, transporté des fils de fer, des sacs de terre, veillé au créneau. J’ai eu faim sans avoir à manger, soif sans avoir à boire, sommeil sans pouvoir dormir, froid sans pouvoir me réchauffer, et des poux sans pouvoir toujours me gratter… Voilà !… ou plutôt non, J’AI EU PEUR. »

Écrits pour certains sur le vif, pour d’autres avec du recul, les textes sont d’auteurs allemands et français reconnus, qui ont participé aux combats en première ligne.
Aux récits des écrivains, adaptés et interprétés pour la scène à deux voix par Mireille Antoine et Patrice Vandamme, répondent sur scène l’univers sonore et musical imaginé par Jean Millot, et les projections vidéo de tableaux avant-gardistes de l’époque, mis en animation par les plasticiens-vidéastes d’AliceA.
Ce traitement contemporain ouvre chaque spectateur à une écoute sensible et profonde et l’amène à appréhender la force de l’impact qu’eurent les combats sur les esprits. En faisant oeuvre de mémoire, ce spectacle ouvre le débat sur le monde d’aujourd’hui.

« Jusqu’à présent, le haut commandement tentait de gagner la guerre par des batailles rangées d’ancien style, mais cette tentative s’est enlisée dans la guerre de positions. Elle s’industrialisait salement, cette guerre, et avec de gros profits sur nos cadavres, en plus !
Automobiles, aéroplanes, motocyclettes, auto-camions, saucisses et gros canons… C’est pas beau le progrès ? On était entrés de plein pied dans le XXe siècle ! »
« En une semaine, vingt millions d’hommes civilisés, occupés à vivre, à aimer, à gagner de l’argent, à préparer l’avenir, ont reçu la consigne de tout interrompre pour aller tuer d’autres hommes. Et ces vingt millions d’individus ont accepté persuadés que tel était leur devoir.
Pourquoi et comment tant d’hommes ont-il tenu dans ces conditions effroyables ? »

Textes
« La main coupée », Blaise Cendrars
« La peur », Gabriel Chevallier
« Récits de guerre », Romain Darchy
« Orages d’acier », Ernst Jünger

« A l’Ouest rien de nouveau », Erich Maria Remarque
« Clavel Soldat », Léon Werth
et des extraits choisis dans les oeuvres de Claude Arnaud, Colette et Jean-Pierre Verney

Équipe artistique
Adaptation, mise en scène, interprétation : Mireille Antoine et Patrice Vandamme
Première sélection de textes établie par Jean-Claude Blanc
Création vidéo : Chantal Capelli et Jean-Pierre Maillet / AliceA
Création univers sonore et musical : Jean Millot
Création et régie lumières : Ludovic Micoud-Terraud

Fiche technique
Deux formules : lecture-spectacle avec vidéo ou lecture
Spectacle techniquement autonome
(dispositif scénique, lumières, son, vidéo)
Espace de jeu : 6 x 6 m minimum
Tout public à partir de 12 ans

Durée : 1h
Jauge : 150 personnes (si la salle le permet)

Publicités